Le site sur l'Art Roman en Bourgogne
menu
-
-
-
-

Châtel-Censoir

 

Edifice
Eglise Saint-Potentien, ancienne Collégiale
Situation
Sommet du bourg, 89660 (Yonne)
Parties Romanes
Choeur et crypte, salle capitulaire
Décoration Chapiteaux intéressants du choeur
Datation
Deuxième moitié du 11e siècle

 

 

Introduction - Historique - Description - Visite

 

Introduction

Le bourg de Châtel-Censoir occupe pittoresquement une butte dominant la vallée de l’Yonne et le Canal du Nivernais. Le village, dont l’histoire remonte au moins au 5e siècle, était une importante châtellenie et siège de deux châteaux. Le bourg est parmi les plus beaux du département par les vestiges de son passé : les remparts et sa tour, la poterne, et les ruelles étroites qui montent au sommet de la citadelle, où se trouve la collégiale Saint-Potentien. Cet édifice remarquable se compose de deux parties très différentes : la haute nef lumineuse du 16e siècle s’oppose au merveilleux choeur de style roman primitif du 11e siècle, qui surmonte une crypte de la même époque mais dont les origines sont réputées très lointaines. C’est surtout le choeur à bas-côtés qui retient les amateurs de l’art roman par son architecture aux lourdes arcades, ses hautes voûtes, ses baies à colonnettes et ses absidioles curieusement empâtées dans des chevets plats de l’extérieur. Le tout est décoré par des chapiteaux dotés de sculptures archaïques d’un grand intérêt, aux animaux affrontés, éléments végétaux et motifs géométriques. Ils occupent une place spéciale dans la sculpture romane bourguignonne du 11e siècle et peuvent être comparés aux chapiteaux de Lucy-sur-Yonne, une autre église du roman primitif tout près de Châtel-Censoir, et ceux de la crypte de la Cathédrale d’Auxerre. Une salle capitulaire, une sacristie et un riche mobilier achèvent de classer cette église parmi les plus intéressantes de l’Yonne.
Plus bas dans le village, dans la rue Champion, existent les vestiges de l'ancien château de Saint-Censure ou “château d’en bas”. Une cave probablement du 12e siècle aux voûtes d’arêtes et pilier central y est conservée sous une maison privée.

 

 

Historique

Castel Censorium tire son nom de Saint-Censure, évêque d’Auxerre au 5e siècle. Selon la tradition, l’église occupe le site d’un temple païen. Il est probable qu’un lieu de culte existait depuis le 5e siècle au sommet de la butte de Châtel-Censoir, à côté du château puissant. On sait qu’un chapitre de chanoines sous l’autorité de l’évêque d’Auxerre y est fondé au 9e siècle et subsistera jusqu’à la Révolution. C’est alors au 9e siècle que l’église devient collégiale. C’est probablement pendant la deuxième moitié du 11e siècle que l’église romane est construite, il reste le chœur et la crypte. La crypte conservait les reliques de Saint-Potentien : elles ont fait l’objet d’importants pèlerinages jusqu’à la Révolution. La nef romane de l’église a subi des reconstructions au 13e siècle. Elle est sévèrement incendiée en 1448 et en 1470, la reconstruction définitive dans le style Renaissance n'est effectuée seulement qu'au 16e siècle. Jusqu’au début du 19e siècle il existait un petit clocheton sur le chœur de l’église, et jusqu’au début du siècle suivant l’entrée de la crypte était différente de celle d’aujourd’hui. Autrefois, l’église était entourée par les demeures des chanoines, un dortoir, un réfectoire et un cellier. L’église devenue paroissiale est classée Monument Historique en 1908.

 

Vue du ciel


Description

De l’extérieur, l’église est imposante. La grande nef est dotée de baies de style renaissance et de deux portails richement décorés du 16e siècle. La façade est flanquée d’un haut clocher de la deuxième moitié du même siècle. La partie romane se remarque par ses deux rangées de baies romanes de la crypte et du chœur et par son chevet très curieux : en effet, celui-ci est construit sur deux étages, l’abside centrale fait à peine saillie et les absidioles ont un chevet plat.

 

Le chevet

 

Plan de l'église

 

A l’intérieur, la haute nef du 16e siècle de quatre travées possède des fenêtres hautes et des bas-côtés. Les voûtes complexes sont supportées par des piliers aux bases romanes déterrées.
La nef est suivi par le choeur roman surmontant la crypte, ensemble d’un style contrastant avec la nef. Commençons par le beau choeur de trois travées, en roman primitif du 11e siècle. Il est voûté en berceau sur doubleaux en plein cintre, sur lequel on remarque une mauvaise peinture du 18e siècle. La première travée est celle des escaliers montant dans le choeur et descendant dans la crypte, elle a été revoûtée en ogive, on y voit encore les doubleaux de profil brisé, vestiges des reconstructions du 13e siècle. Les bas-côtés du choeur sont d’un style roman très pur, les voûtes d’arêtes des trois travées reposent sur des doubleaux en plein cintre. Les grandes arcades en plein cintre qui font communiquer le choeur et les bas-côtés prennent appui sur les piliers carrées aux colonnes engagées. Ces piliers sont flanqués dans la dernière travée de colonnettes jumelles aux chapiteaux. Cet ensemble est suivi par la grande abside centrale en cul-de-four et par deux petites absidioles, qui sont, comme tous les murs du choeur, percées de baies romanes encadrés de colonnettes à chapiteaux d’un très bel effet.

 

Pilier et chapiteaux du choeur

 

Images de l'intérieur :
Intérieur
Choeur
Bas-côté
baie

 

lionsLes chapiteaux du choeur constituent un ensemble rare et remarquable de la deuxième moitié du 11e siècle. Les sculptures les plus intéressantes sont les grands chapiteaux à trois régistres dans les bas-côtés. Dans le bas-côté nord on trouve deux chapiteaux merveilleusement sculptés d’animaux affrontés, peut-être des éléphants et des lions, surmontant deux régistres de décors végétaux, ainsi que deux autres chapiteaux aux riches décors végétaux. Les tailloirs en sont décorés de perles et de motifs géométriques. Les chapiteaux du bas-côté sud sont en partie épannelés et inachevés ; sur un chapiteau partiellement sculpté on y remarque un aigle. Deux autres chapiteaux à l’entrée de l’abside sont sculptés de décors végétaux aux fleurons. Très intéressants aussi sont les 26 petits chapiteaux qui surmontent les colonettes qui encadrent les baies et les piliers du choeur. On y trouve un riche décor végétal très varié, ainsi que deux animaux affrontés et une personnage avec un animal. Beaucoup d’autres chapiteaux ont été refait au 16e siècle et sont décorés de simples cannelures.

 

Les chapiteaux du choeur :
Pilier
Animaux affrontés
Animaux affrontés
Chapiteaux

 

La crypte dont l’accès dans la première travée du choeur est amenagé tardivement est sensiblement de la même époque que le choeur, bien que l’architecture est plus simple. Elle se compose de trois nefs à deux travées, suivies par une abside et deux absidioles en cul-de-four. La nef centrale est voûtée en berceau sur doubleaux et communique avec les bas-côtés voûtées d’arêtes par des arcades aux impostes, sans chapiteaux. La crypte est éclairée aux côtés nord et est par des simples baies romanes. Sur le cul-de-four de l’abside on trouve les traces d’une fresque de la couronnement de la Vierge, probablement du 13e siècle.

 

Partie latérale de la crypte

 

Contre le côté sud du choeur se trouve un bâtiment qui appartenait aux chanoines, ajouté après la construction de l’église. Il s’agit de la salle capitulaire, voûté en ogives et doté de chapiteaux à crochets et de carreaux émaillés du 13e siècle, et de la sacristie du 13e siècle, conservant un autel du 12e siècle.

 

La crypte et la salle capitulaire :
Crypte
Crypte
Salle capitulaire
Carreaux émaillés

 

 

Visite

L'église est ouverte régulièrement. En cas de fermeture adressez-vous à la cure située en face du portail latéral. La salle capitulaire et le sacristie ne se visitent pas.

Pour en savoir plus sur Châtel-Censoir, vous pouvez visiter les sites suivants :

Site du village : http://www.chatel-censoir.fr/.
Page photos églises : http://photos-eglises.fr/Bourgogne/89/ChatelC/chatel.htm.
Page wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Potentien_de_Ch%C3%A2tel-Censoir.
Page petit patrimoine : http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=89091_1.
Page vogage art roman : http://vogage-roman-art.blogspot.nl/2013/08/saint-potentien-de-chatel-censoir.html.
Page la france des clochers : http://lafrancedesclochers.clicforum.com/t299-Chatel-Censoir-89660.htm.

Aussi, vous pouvez consulter les ouvrages suivants:

- Delasselle C., Les églises romanes de l’Yonne, Auxerre, 2003.
- Hohl C., Eglises romanes de l’Yonne, Auxerre, 1978.
- Moreau A., Eglises de l’Yonne, Nouvelles Editions Latines.
- Oursel R., Bourgogne Romane, Zodiaque, La Nuit des temps 1, 1968.
- Pallier E., Recherches sur l'histoire de Châtel-Censoir, 1880.
- Quantin M., Répertoire Historique du département de l’Yonne, 1868.
- Sapin C., Arnaud C. et Berry W., Bourgogne Romane, Dijon, 2006.

 


 

[haut de page] [accueil] [contact]