Le site sur l'Art Roman en Bourgogne
menu
-
-
-
-

 

Bourbon-Lancy

 

Edifice
Ancienne église Saint-Nazaire-et-Saint-Celse, ancienne priorale
Situation
Quartier Saint-Nazaire, 71140 (Saône-et-Loire)
Parties Romanes
Entièrement : nef, transept, chœur et absides
Décoration Chapiteaux de la croisée et du chœur, impostes décorées
Datation
Deuxième moitié du 11e siècle

 

 

Introduction - Historique - Description - Visite

 

Introduction

Saint-Nazaire de Bourbon-Lancy, convertie en musée municipal, est une grande église romane du 11e siècle dont l’architecture est originale. C’est l’église d’un ancien prieuré qui fut donné à Cluny vers 1030 par Anséric de Bourbon. Les bâtiments conventuels furent détruits à la Révolution, mais l’église, également en mauvais état, fut sauvée à la fin du 19e siècle. L’ensemble imposant peut être daté après le milieu du 11e siècle, il fut probablement achevé vers 1080, alors à la même époque que le narthex de Paray. Le plan présente une nef à collatéraux de cinq travées dans un style dépouillé, encore d’inspiration carolingienne, et une partie orientale plus complexe de plan bénédictin avec un transept s’ouvrant sur un chœur à cinq absides échelonnées. Comme à l’église de Perrecy-les-Forges, qui présente des structures semblables, on peut chercher l’inspiration du plan à Cluny II, à Charlieu ou à Anzy-le-Duc. La nef et le transept sont entièrement couverts d’un plafond lambrissé, tandis que le chœur est voûté en berceau. Les murs de la nef, percés d’arcades en plein cintre et de fenêtres hautes, sont de facture très sobre. Les piliers carrés, sans chapiteaux, sont décorés de petites impostes à billettes. Les piliers cruciformes de la croisée du transept, supportant des arcs en plein cintre et peut-être une coupole actuellement disparue, sont cantonnés de colonnes engagées à chapiteaux. Le chœur à deux travées et l’abside possèdent également des arcs en plein cintre et des colonnes à chapiteaux. Les chapiteaux présentent un modeste décor sculpté de feuillages et de masques humains. Les objets du musée, d’époques gallo-romaine, mérovingienne et médiévale, témoignent des vestiges d’anciens monuments de Bourbon-Lancy.

 

Photo de Patrice Dettome
L'ancienne église romane

 

 

Historique

L’église occupe l’emplacement d’un site habité depuis l’époque gallo-romaine où se trouvaient des monuments religieux antérieurs. Un prieuré y fut fondé en 997 par le seigneur Anséric de Bourbon autour d´une première chapelle. Elle fut donnée à Cluny vers 1030 et un prieuré de l’ordre clunisien y fut construit vers le milieu du 11e siècle. La construction de l’église romane se situe dans la deuxième moitié du 11e siècle. Un petit prieuré de cinq moines s’y établit et se formait autour de l’église qui était également paroissiale. C’était le centre de l’une des trois paroisses de la ville avec Saint-Léger et Saint-Martin. La seigneurie de Bourbon dépendait des comtes de Chalon à cette époque, puis de Nevers. Les bâtiments conventuels ont été incendiés en 1567 par les Huguenots. L’église fut restaurée au 17e siècle, on retrouve une inscription de 1679 dans le transept. Les bâtiments conventuels ont été enfin détruits à la Révolution. L’église, en très mauvais état, fut sauvée de la destruction à la fin du 19e siècle par le maire de la ville. Elle fut classé Monument Historique en 1893 et restaurée de 1898 à 1903. Elle est convertie en musée archéologique depuis 1901.

 

Intérieur de l'église-musée

 

Description

Bien que remaniée, l’église a été conservée dans son état roman. Le plan bénédictin de l’édifice présente une nef de cinq travées avec bas-côtés, un transept débordant et un chœur développé avec bas-côtés, abside et quatre absidioles orientées. Les murs sont construits en blocage de moellons. L’ensemble remonte au 11e siècle, mais sa datation a été sujet de plusieurs hypothèses. La partie orientale est d’apparence plus avancée que la nef, ce qui a longtemps fait penser à deux campagnes de construction, mais on pense actuellement que l’église fut construite entièrement pendant la deuxième moitié du 11e siècle, vers 1070-1080. Les bâtiments du prieuré, qui se trouvaient au sud de l’église, ont été détruits.

A l’extérieur, la masse horizontale de l’église est imposante. La nef, avec ses deux étages de baies et ses contreforts ajoutés tardivement, est de facture sobre. Sa façade ouest, remaniée, s’ouvre par un portail du 18e siècle. Le clocher surmontant le transept a été refait au 17e siècle. Le chevet, dont les toitures ont été rehaussées au 17e siècle, est fort original. On y trouve une abside centrale profonde flanquée par quatre absidioles en retrait.

 

Extérieur :
 
Façade
Nef
Chevet
 
 
Abside
Absidioles
Murs et clocher
 

L’intérieur, converti en musée, est un bel ensemble roman. La nef, couverte par un plafond lambrissé, n’a jamais été voûtée. Son élévation est à deux étages sans division verticale ou horizontale. Au premier niveau, les grandes arcades en plein cintre retombent sur des piliers carrés en moyen appareil. Leurs impostes moulurées ont un décor de billettes en profils variés. Plus haut, les fenêtres hautes éclairent l’espace. Les bas-côtés sont également plafonnés et dépourvus de décor. Au sud, on y remarque le gisant de Guiot de Lirois dans un enfeu ogival portant la date de 1288.

 

Intérieur :
Nef
Bas-côté sud
Bas-côté nord
Transept
Chœur
Voûte du chœur
Arc du chœur
Chapiteaux
Chapiteau à feuilles
Chapiteau à têtes
Imposte
Imposte

 

Le transept et le chœur, à l’origine voûtés, présentent une architecture et un décor plus évolué que la nef. La croisée et les croisillons du transept sont plafonnés, ayant perdus leurs voûtes, probablement en coupole et en berceau. Quatre arcs en plein cintre à double rouleau, retombant sur des piliers cruciformes avec colonnes engagées et chapiteaux, délimitent la croisée. Les chapiteaux, en partie refaits au 17e siècle, sont sculptés de feuilles simples. D’autres arcs et pilastres destinés à supporter la voûté se trouvent dans les croisillons. Le chœur possède deux travées voûtées en berceau avec un arc doubleau en plein cintre porté par deux colonnes engagées. L’abside éclairée de trois baies s’ouvre par un arc triomphal avec colonnettes. Leurs chapiteaux, sculptés en faible relief, présentent des protomes et têtes d’animaux entre des entrelacs feuillagés. La première travée du chœur est flanquée de bas-côtés voûtés en berceau, qui s’ouvrent vers le chœur et vers le transept par des arcs en plein cintre. Quatre chapelles échelonnées en cul-de-four s’ouvrent sur les bas-côtés du chœur et sur les croisillons. Dans la chapelle sud du chœur, des fresques gothiques représentent le Christ, la Vierge à l'Enfant, l’Adoration des Mages et saint Christophe.

 

Chapiteau à têtes

 

L’église abrite le Musée Saint-Nazaire, Musée municipal d’Archéologique et des Beaux-arts. On y regroupe des vestiges d’anciens monuments de Bourbon-Lancy, des témoignages des différentes civilisations dans la région et des expositions d’art contemporain. Les objets exposés remontent en partie à l’antiquité, comme une stèle funéraire gallo-romaine en marbre, des chapiteaux, des sculptures en marbre et une urne funéraire celte provenant de Bibracte. Deux sarcophages proviennent des fouilles de l’emplacement de l’église Saint-Martin. De l’époque médiévale on conserve deux bénitiers en pierre et quelques éléments divers.

 

Pièces du musée

 

 

Visite

L'église est convertie en Musée Saint-Nazaire, le Musée municipal Archéologique et des Beaux-Arts.

Le musée se visite les après-midis de Juillet et Aôut (ou sur demande).

Pour en savoir plus sur Bourbon-Lancy, vous pourriez visiter les sites Internet suivants :

Site de la Mairie : http://www.bourbon-lancy.com/.
Présentation touristique : http://bourbon.lancy.free.fr/ancien.htm.
Site portail : http://www.portail-bourbon-lancy.com/.
Site de la paroisse : http://saintjean-bourbon.paroisse.net/saintjean-bourbon/.

Remerciements : les photos de la page sont de Cees van Halderen et de Patrice Dettome.

 

Vous pouvez également consulter les références suivantes :

- Magnien E., Les eglises romanes de la Bourgogne du Sud, Mâcon, 1979.
- Oursel R. et A.-M., Les Eglises Romanes de l’Autunois et du Brionnais, Cluny et sa région, Mâcon, 1956.
- Perrault-Dabot A., L’Ancienne Eglise Saint-Nazaire de Bourbon-Lancy, Paris.
- Sapin C., Arnaud C. et Berry W., Bourgogne Romane, Dijon, 2006.
- Vergnolle E., L'église Saint-Nazaire de Bourbon-Lancy, Congrès archéologique de France, 1988.


[haut de page] [accueil] [contact]