Le site sur l'Art Roman en Bourgogne
menu
-
-
-
-

 

Saint-Vincent-des-Prés

 

Edifice
Eglise Saint-Vincent
Situation
Centre village, 71250 (Saône-et-Loire)
Parties Romanes
Entièrement : nef, transept, clocher et abside
Décoration Chapiteaux archaïques, impostes, arcatures de l'abside, bandes lombardes, baies du clocher
Datation
Milieu du 11e siècle

 

 

Introduction - Historique - Description - Visite

 

Introduction

 

Parmi les nombreuses églises romanes de campagne autour de Cluny, celle de Saint-Vincent-des-Prés occupe une place spéciale par son ancienneté et l'originalité de sa construction. C’est l'une des plus anciennes églises romanes de la Bourgogne du Sud, datant du milieu du 11e siècle et dépendant du chapitre de Saint-Vincent de Mâcon. C’est l’époque où les églises de Cluny II, Tournus et Chapaize étaient déjà achevées, mais les architectes ont encore quelques problèmes à résoudre pour voûter et contrebuter les espaces. Le plan simple du petit édifice se remarque déjà à l’extérieur, solide et trapu, décoré de bandes lombardes. L’abside possède des arcatures rares sur colonnes engagées à chapiteaux sculptés. Le haut clocher serait du 12e siècle et ses trois étages aux arcatures aveugles et à baies dominent le petit village rural. A l’intérieur on est surpris par les volumes imposants et les structures massives de la nef à trois travées, image parfaite du premier art roman du Mâconnais. Le haut berceau est porté par de larges piliers cylindriques, sauf entre les premières travées, où ce sont deux minces colonnes à chapiteaux sculptés de volutes et de fleurs de lys. Les grandes arcades font communiquer la nef avec les étroits bas-côtés voûtés d’arêtes. La croisée est voûtée d’une coupole sur trompes sous le clocher et les croisillons sont couverts d'arêtes. Sur la même commune, on peut également voir les vestiges du doyenné clunisien de Bezornay avec sa chapelle à abside originale.

 

Bas-côté et piliers de la nef

 

Historique

L’église fut mentionnée pour la première fois au 10e siècle, entre 937 et 962, dans les chartes de Saint-Vincent de Mâcon. Une légende est associée au choix du lieu où elle fut construite. L’église fut reconstruite au 11e siècle et la paroisse fut restituée au chapitre de Mâcon de 1062 à 1073. A cette époque, le prieuré voisin de Bezornay, dépendant de Cluny, avait une importance considérable dans la région.
Des travaux eurent lieu à l’église de Saint-Vincent en 1836-1837. Elle fut classée Monument Historique en 1913. L’église a été restaurée de 1993 à 1996, dégageant des baies, des fresques et des inscriptions. En 1994, des fouilles sous la direction de F.Henrion ont mis au jour les fondations d’une église antérieure, probablement celle mentionnée au 10e siècle, avec une abside désaxée. Aujourd’hui, une Association des Amis de Saint-Vincent veille sur la préservation de l’église.

Façade de l'église

 

Description

L’église est entièrement romane et très bien conservée. Son plan est simple. La nef de trois travées est flanquée de bas-côtés étroits. Le transept, supportant le clocher de la croisée, est bas en non-saillant. L’ensemble forme un rectangle dont seul déborde l’abside à l’est. La sacristie au sud est postérieure. La datation de l’édifice est incertaine. Traditionnellement attribuée au début du 11e siècle, à cause de son apparence archaïque, la construction est probablement un peu plus tardive, vers le milieu du 11e siècle.

 

Extérieur de l'église :
Clocher
Clocher
Baies
Colonnes
Portail
Façade
Arcatures
Chevet
Abside
Arcatures
Chapiteau
Chapiteau

 

L’extérieur de l’église présente un décor soigné. L’ensemble est couvert d’un enduit jaune et est couvert aussi de laves. La façade présente un pignon décoré de bandes lombardes et d’une rose. Des contreforts et moulures entourent le portail simple en plein cintre. Les murs de la nef sont allégés de baies et de contreforts. Dans les parties hautes, des bandes lombardes sont à voir au-dessus des toitures des bas-côtés. Le transept est légèrement plus haut que les bas-côtés, mais il n’a pas de pignons. Le haut clocher central daterait du 12e siècle. Il présente trois étages : triples bandes aveugles, baies simples, et baies géminées avec doubles colonnettes à chapiteaux feuillagés. L’abside présente un joli décor d’arcatures, reposant sur quatre colonnes engagées avec chapiteaux sculptés de feuilles, et sur trois consoles simples.

 

Intérieur de la nef

 

InscriptionL’intérieur de l’édifice est solide et trapu, dominé par les masses rondes des piliers et des arcades. La nef est voûtée en berceau sur deux doubleaux retombant sur des pilastres. Les fenêtres hautes ont été obturées précocement. Les grandes arcades de la nef et de la croisée sont en plein cintre. Six grands piliers ronds supportent les dernières travées de la nef et la croisée du transept, voûtée en coupole sur trompes. Les impostes des piliers ont reçu un décor simple de profil avec méplat. Entre les deux premières travées, deux colonnes monolithiques légères contrastent avec les piliers. Les colonnes ont deux grands chapiteaux aux volutes et fleurs de lys à cinq pétales. Au sud, on trouve une inscription remarquable qui montre l’alpha et l’oméga, en ordre inversé, au-dessus d’un motif de doublé. Les bas-côtés étroits sont voûtés d’arêtes sur doubleaux qui retombent sur des pilastres avec impostes. Les croisillons ont des voûtes d’arêtes légèrement plus hautes et des arcades murales à l’est. Au nord, on y trouve une fresque d’un saint en pied, peut-être saint Vincent ou saint Paul, attribuée au 15e siècle. Les baies de l’abside ont été refaites, seule celle au nord est d’origine. Le décor peint de l’abside est moderne.

 

Intérieur de l'église :
Nef
Colonnes

Elévation

Pilier
Impostes
Imposte
Chapiteau
Chapiteau
Voûtes
Transept
Coupole
Fresque

 

Visite

L'église est ouverte.

Pour en savoir plus sur Saint-Vincent, vous pourriez visiter les sites Internet suivants :

Page sur le site du diocèse : http://autun.catholique.fr/clocher25.html.

Remerciements : les photos de la page sont en partie de Cees van Halderen.

Vous pouvez également consulter les références suivantes :

- Christe Y., Cluny et le Clunisois - Eglises romanes, Cluny, 1967.
-
Henrion F., Saint-Vincent-des-Prés, Saône-et-Loire, église Saint Vincent, Archéologie médiévale, 1995.
-
Magnien E., Les églises romanes de la Bourgogne du Sud, Mâcon, 1979.
-
Nicolas H., Eglises Romanes du Mâconnais, La Taillanderie, 1997.
- Oursel R., Bourgogne Romane, Zodiaque, 1968.
-
Paymal J. et I., Eglises romanes de la Bourgogne du Sud, Tournus, 1996.
-
Sapin C., Arnaud C. et Berry W., Bourgogne Romane, Dijon, 2006.
- Virey J., Les Eglises Romanes de l’Ancien Diocèse de Macon, Cluny et sa région, Mâcon, 1935.

 


[haut de page] [accueil] [contact]