Le site sur l'Art Roman en Bourgogne
menu
-
-
-
-

 

Belleville

 

Edifice
Eglise Notre-Dame-de-l’Assomption, ancienne abbatiale
Situation
Centre village, 69220 (Rhône)
Parties Romanes
Nef, transept, clocher, choeur et absidioles
Décoration Trois portails, chapiteaux, consoles, arcatures, pilastres, modillons
Datation
1168-1179

 

 

Introduction - Historique - Description - Visite

 

Introduction

Belleville, située dans le Beaujolais entre Lyon et Mâcon, conserve une grande église romane tardive. L’église Notre-Dame est le seul vestige d’une abbaye de chanoines augustins fondée en 1158 par les seigneurs de Beaujeu. L’église, commencée en 1168 et consacrée en 1179, était à la fois abbatiale, paroissiale et nécropole des sires. Elle présente un style roman tardif où on retrouve en même temps des éléments du gothique naissant, du style de Cluny, de l’architecture de la vallée du Rhône et des portails influencés par le style du Brionnais. La grande nef, longue de neuf travées, a des voûtes d’ogives et une élévation à deux étages avec fenêtres hautes. Ses bas-côtés sont encore voûtés d’arêtes. Le transept saillant, où trois tours étaient peut-être prévues, s’ouvre sur des absidioles orientées. La haute tour sud, conservée, présente des baies à colonnettes. Le chœur, dont l’abside a été rehaussée à l’époque gothique, est également flanqué d’absidioles, complétant un plan bénédictin traditionnel. Le décor roman de l’église est intéressant. Il y a trois portails avec des colonnes à chapiteaux, dont deux qui sont presque identique au flanc sud. Les baies sont flanquées de colonnettes et cinq roses s’ouvrent dans les pignons et dans le chœur. L’abside est décorée d’arcatures sur pilastres décorés, comme à Avenas. Les chapiteaux polychromes des piliers présentent des scènes symboliques variées. En outre, les colonnettes sont sculptées de consoles rares dont le décor original montre des animaux, des musiciens et des monstres. De l’abbaye détruite on conserve quelques chapiteaux déposés provenant du cloître.

 

L'église abbatiale

 

 

Historique

Le site, appelé Ludna à l’époque gallo-romaine puis Bellavilla au 11e siècle, était la seconde prévôté du Beaujolais. Humbert III, seigneur de Beaujeu, y fonda un prieuré de chanoines augustins en 1158. Le prieuré est élevé au rang d’abbaye en 1164 par Dreux, archevêque de Lyon. Trente chanoines augustins y sont gouvernés par l’abbé Étienne, ancien prieur de Saint-Irénée. La première pierre de la nouvelle église abbatiale, commencée par Humbert III, fut bénite en 1168 par Landric, le troisième abbé. L’abbatiale romane est consacrée à la Vierge en 1179. L’église, abbatiale et paroissiale, devient ensuite la nécropole des sires de Beaujeu : 15 princes y seront inhumés. L’église fut transformée en 1220-1230 par Humbert V. Un concile eut lieu à Belleville en 1269. Pendant les guerres de religion, en 1567, l'abbaye fut livrée aux flammes par les Huguenots et l'église fut pillée et mutilée. Le chapitre fut réuni à la Congrégation de France durant les années 1760. L’abbaye fut ravagée durant la Révolution et ses bâtiments ont été détruits. L’église a été classée Monument Historique en 1862. Elle est restaurée par l’Association des Amis de l’Abbatiale Notre Dame de Belleville en Beaujolais.

 

Baies du clocher

 

 

Description

L’église, élevée durant les années 1170, adopte un plan bénédictin : une large nef de neuf travées avec bas-côtés, un transept saillant et un chœur terminé par une abside entre quatre absidioles échelonnées. Un haut clocher s’élève sur le croisillon sud. Celui sur le croisillon nord, brûlé par les Huguenots, a été refait. Il est possible qu’un troisième clocher, jamais construit, était prévu sur la croisée. La partie haute de l’abside a été reconstruite en style gothique au 14e ou 15e siècle.

 

Absides échelonnées du chevet

 

L’extérieur de l’église présente une longue masse horizontale. La façade ouest a un portail sous une belle rose décorée de billettes. Les fenêtres hautes de la nef sont flanquées de petites colonnettes avec chapiteaux sculptés de têtes. D’autres roses se trouvent dans les croisillons et dans le chœur. Le clocher sud présente deux étages de demi-colonnes et de baies, géminées au niveau supérieur, flanquées de colonnettes et de chapiteaux à crochets. Le chevet conserve des absidioles échelonnées romanes flanquant l’abside nettement plus haute.

 

Extérieur de l'église :
Façade
Rose
Abside
Absidioles
Clocher
Clocher
Baies géminées
Baie

L’église conserve trois portails romans. Le portail de la façade ouest se trouve dans un avant-corps décoré de modillons à têtes sculptées. Ses voussures retombent sur quatre colonnes avec chapiteaux sculptés de têtes ou de feuillages. Deux autres portails, très semblables, donnaient accès au cloître de l’abbaye du côté sud de la nef. Leurs tympans, aux lobes développant des fleurons convergents en palmettes, ressemblent aux portails de Semur-en-Brionnais. Les portails ont deux colonnes aux chapiteaux sculptés. Au premier portail, dans la deuxième travée, on rencontre une sirène à deux queues, et au portail dans la dernière travée, un masque avec rinceaux de feuillage.

 

Les portails :
Portail ouest
Chapiteaux
Portail sud
Sirène

 

L’intérieur est d’un style homogène. Les travées de la grande nef s’élèvent sur deux étages : grandes arcades brisées et fenêtres hautes. Les piliers cruciformes sont flanqués de colonnes engagées. Les voûtes d’ogives, suivant la nouvelle technique gothique, conservent trois clefs de voûte aux armes des Sires de Beaujeu. Les bas-côtés ont des voûtes d’arêtes dont les arcs brisés retombent sur des pilastres simples. Le transept profond et les deux travées du chœur sont également voûtés d’ogives. Le chœur est flanqué par deux bas-côtés et par quatre absidioles dépourvues de décor. L’abside centrale, dont les fenêtres hautes et la clef de voûte sont gothiques, présente des arcatures romanes dans sa partie basse. Leurs baies ont été murées, mais leurs pilastres sont décorés de fleurs et de fruits et surmontés de chapiteaux. Le décor peint de l’intérieur date du 19e siècle. Le dallage et les baies on été en partie refaits.

 

Intérieur de la nef

 

 

Intérieur de l'église :
Bas-côté
Transept
Voûtes
Absidiole
Chœur
Abside
Arcatures
Pilastre

 

Le décor sculpté de l’intérieur est intéressant. Les piliers de la nef ont des chapiteaux et de petites consoles aux thèmes variés. On y trouve le bestiaire roman et des scènes symbolisant les vices et les vertus. La polychromie serait d’origine médiévale. Sur les chapiteaux de la nef, on admire des chevaliers, des aigles, un homme et un serpent, des atlantes aux bras tournés vers le ciel, des pommes de pin, des porcs couronnés et plusieurs têtes. Sur les consoles de la nef, il y a un monstre avalant un personnage, un loup tenant dans sa gueule des végétaux, un homme empêtré dans la matière, le mensonge représenté par un homme se perçant la langue avec un couteau, deux oiseaux buvant au même calice, un sonneur de trompe, un musicien, une tête de taureau, des têtes de lions, un personnage dont la chevelure est courbée, une chèvre, plusieurs têtes et plusieurs feuillages. Sur les chapiteaux des pilastres de l’abside on trouve un personnage et des feuilles. Quelques bases de colonnes et impostes ont également reçu un modeste décor de feuillages.

 

Console sculptée du mensonge : un homme se perce la langue

 

Chapiteaux et consoles :
Aigles
Homme et serpent
Tête
Personnage
Décor végétal
Monstre avalant un personnage
Homme empêtré dans la matière
Oiseaux buvant au même calice
Sonneur de trompe
Musicien
Tête de taureau
Chèvre

 

L’abbaye, qui se trouvait du côté sud de l’église, a été entièrement détruite. Elle avait un cloître, une salle capitulaire, un cellier, une infirmerie, un cimetière et une deuxième église. Quelques chapiteaux des 12e et 13e siècles, provenant du cloître, ont été déposés dans la nef de l’église. On y conserve également les vestiges des tombeaux des sires de Beaujeu.

 

Chapiteau déposé provenant du cloître

 

 

 

Visite

L'église est ouverte à la visite.

Pour en savoir plus sur Belleville, vous pourriez visiter les sites Internet suivants :

Site de l'abbatiale : http://abbatiale-belleville.org/.

Site de la mairie : http://www.mairie-belleville.fr/ ou http://www.cc-beaujolaisvaldesaone.fr/.

Pages Lieux Sacrés : http://lieuxsacres.canalblog.com/archives/belleville__69_rhone_/index.html.

Page Edelo : http://www.edelo.net/roman/images/rhone/belleville/photos.htm.

 

Vous pouvez également consulter les références suivantes :

-


[haut de page] [accueil] [contact]